comment bouddha est mort ?

Comment Bouddha est mort ?

de lecture - mots

Le Bouddha serait mort à l'âge de 80 ans, entre 486 et 483 avant J.-C., à Kushinagar, allongé sur un lit sous deux arbres. Il est décrit comme ayant atteint le mahanirvana, ou émancipation spirituelle absolue. Trois mois avant sa mort physique, le Bouddha fut à nouveau tenté par Mara, qui tenta à nouveau de détourner le Bouddha de son rendez-vous avec la félicité éternelle et échoua à nouveau. Selon la légende, le Bouddha fut incinéré et reçut des funérailles habituellement réservées aux rois. Ses disciples se consolaient en disant "Le Dharma est notre soutien". La dépouille et les biens de Siddhartha ont été répartis entre des groupes d'adeptes qui ont construit des monuments commémoratifs appelés stupas (monticules funéraires hémisphériques), où les saintes reliques ont été enterrées. Certains de ces stupas sont devenus d'importants lieux de pèlerinage.

De quoi est mort Bouddha ?

Bouddha serait mort après avoir mangé de la viande avariée. Certains disent qu'il est mort d'une intoxication alimentaire due à de la viande de porc contaminée. D'autres disent qu'il est mort après avoir mangé un champignon vénéneux. Ses derniers mots auraient été : "Toute cette pourriture. Un Bouddha ne peut qu'indiquer le chemin. Deviens une lampe pour toi-même. Travaille à ton salut. Lutte avec diligence... Vieillir est le dharma de toutes les choses composites." Pour le Bouddha, la mort était comme le fondu final d'un film. Sa vie humaine était terminée. D'autres renaissances n'étaient pas nécessaires. Il était donc enfin libre et pouvait dire adieu aux corps humains. On dit qu'il est passé au nirvana sept jours après sa mort.

 Le Dr Mettanando Bhikkhu a écrit dans le Bangkok Post : "Les textes anciens tissent deux histoires sur la mort du Seigneur Bouddha... Le Mahaparinibbana Sutra, du Long Discours du Tipitaka pali, est sans doute la source la plus fiable pour les détails sur la mort du... Seigneur Bouddha. Il est composé dans un style narratif qui permet aux lecteurs de suivre l'histoire des derniers jours du Bouddha, en commençant quelques mois avant sa mort. [Source : Vénérable Dr Mettanando Bhikkhu, Bangkok Post, 17 mai 2000. Le Dr Bhikkhu était médecin avant de devenir moine. Il était basé au Wat Raja Orasaram en 2000].

"Le sutra dépeint deux personnalités conflictuelles du Bouddha, l'une l'emportant sur l'autre. La première personnalité était celle d'un faiseur de miracles qui se téléportait avec son entourage de moines de l'autre côté du Gange, qui avait une vision divine de l'installation des dieux sur terre, qui pouvait vivre jusqu'à la fin du monde à condition que quelqu'un l'y invite, qui déterminait le moment de sa propre mort, et dont la mort était glorifiée par une pluie de fleurs célestes et de poudre de santal et une musique divine. L'autre personnalité était celle d'un vieil homme, qui se plaignait de sa santé défaillante et de sa sénilité croissante, qui a failli perdre la vie à cause d'une douleur aiguë pendant sa dernière retraite à Vesali, et qui a été forcé d'accepter sa maladie et sa mort inattendues après avoir consommé une cuisine spéciale offerte par son hôte généreux.

Si vous êtes à la recherche d’une magnifique Statue à l’effigie de la divinité bouddhiste, n’hésitez pas à visiter notre large collection de Statues Bouddha en cliquant sur l’image ci-dessous.

Cause de la mort de Bouddha ?

Ces deux personnalités apparaissent tour à tour dans différentes parties du récit. En outre, il semble également y avoir deux explications de la cause de la mort du Bouddha : L'une est que le Bouddha est mort parce que son accompagnateur, Ananda, n'a pas réussi à l'inviter à vivre jusqu'à l'âge du monde ou même plus longtemps. L'autre est qu'il est mort d'une maladie soudaine qui a commencé après qu'il ait mangé ce qu'on appelle le "Sukaramaddava". La première histoire était probablement une légende, ou le résultat d'une lutte politique au sein de la communauté bouddhiste pendant une phase de transition, tandis que la seconde semble plus réaliste et précise en décrivant une situation réelle qui s'est produite dans les derniers jours du Bouddha. "

" La tradition bouddhiste Theravada a adhéré à l'hypothèse selon laquelle le Bouddha historique est décédé pendant la nuit de la pleine lune du mois lunaire de Visakha (qui tombe quelque part en mai ou juin). Mais cette date est en contradiction avec les informations fournies par le sutra, qui indique clairement que le Bouddha est mort peu après la retraite de la saison des pluies, très probablement en automne ou au milieu de l'hiver, c'est-à-dire entre novembre et janvier. La description du miracle de la floraison hors saison des feuilles et des fleurs sur les arbres sala, lorsque le Bouddha a été couché entre eux, indique la période indiquée dans le sutra. L'automne et l'hiver, cependant, sont des saisons peu propices à la croissance des champignons, dont certains spécialistes pensent qu'ils sont à l'origine du poison que le Bouddha a consommé lors de son dernier repas."

Le Bouddha est-il mort d'une intoxication alimentaire ou d'un ulcère ?

Le Dr Mettanando Bhikkhu a écrit dans le Bangkok Post : "Un certain nombre d'études se sont concentrées sur la nature de la cuisine spéciale que le Bouddha a mangée lors de son dernier repas comme étant l'agent de sa mort.... Dans le sutra Mahaparinibbana, on nous dit que le Bouddha est tombé subitement malade après avoir mangé un mets spécial, le Sukaramaddava, traduit littéralement par "porc mou", qui avait été préparé par son généreux hôte, Cunda Kammaraputta. [Source : Vénérable Dr Mettanando Bhikkhu, Bangkok Post, 17 mai 2000. Le Dr Bhikkhu était médecin avant de devenir moine. Il était basé au Wat Raja Orasaram en 2000]

 "Le nom de cette cuisine a attiré l'attention de nombreux érudits et a fait l'objet de recherches universitaires sur la nature du repas ou des ingrédients utilisés pour la cuisson de ce plat spécial. Le sutra lui-même fournit des détails concernant les signes et les symptômes de sa maladie, en plus de quelques informations fiables sur sa situation au cours des quatre mois précédents, et ces détails sont également importants sur le plan médical. Le sutra commence par le complot du roi Ajatasattus pour conquérir un État rival, Vajji. Le Bouddha s'était rendu à Vajji pour entamer sa dernière retraite à la saison des pluies. C'est au cours de cette retraite qu'il est tombé malade. Les symptômes de la maladie étaient une douleur soudaine et intense. Cependant, le sutra ne fournit aucune description de la localisation et de la nature de sa douleur. Il mentionne brièvement sa maladie, et dit que la douleur était intense et qu'elle a failli le tuer.

 "Par la suite, le Bouddha a reçu la visite de Mara, le dieu de la mort, qui l'a invité à s'éteindre. Le Bouddha n'a pas accepté l'invitation tout de suite. Ce n'est qu'après qu'Ananda, son assistant, n'ait pas reconnu son allusion à une invitation à rester qu'il est mort. Cette partie du message, bien que liée au mythe et au surnaturel, nous donne des informations importantes sur le plan médical. Lorsque le sutra a été composé, son auteur avait l'impression que le Bouddha était mort, non pas à cause de la nourriture qu'il avait mangée, mais parce qu'il souffrait déjà d'une maladie sous-jacente, grave et aiguë, et qu'il présentait les mêmes symptômes que la maladie qui l'a finalement tué."

Analyse des symptômes de la mort du Bouddha

 Le Dr Mettanando Bhikkhu a écrit dans le Bangkok Post : "D'après le diagnostic donné ci-dessus, nous pouvons être assez certains que le Bouddha a souffert d'un infarctus mésentérique causé par une occlusion de l'artère mésentérique supérieure. C'est la cause de la douleur qui a failli le tuer quelques mois plus tôt lors de sa dernière retraite à la saison des pluies. Avec l'évolution de la maladie, une partie de la muqueuse de son intestin s'est détachée, et ce site est devenu l'origine des saignements. L'artériosclérose, le durcissement de la paroi des vaisseaux causé par le vieillissement, a été à l'origine de l'occlusion artérielle, un petit blocage qui n'a pas entraîné de diarrhée sanglante, mais qui est un symptôme, également connu chez nous sous le nom d'angine abdominale. Il a eu sa deuxième attaque alors qu'il mangeait le Sukaramaddava. [Source : Vénérable Dr Mettanando Bhikkhu, Bangkok Post, 17 mai 2000. Le Dr Bhikkhu était médecin avant de devenir moine. Il était basé au Wat Raja Orasaram en 2000]

 "La douleur n'était probablement pas intense au début, mais elle lui faisait sentir que quelque chose n'allait pas. Soupçonnant la nature de la nourriture, il demanda à son hôte de la faire enterrer, afin que les autres n'en souffrent pas. Rapidement, le Bouddha s'est rendu compte que la maladie était grave, avec l'écoulement de sang et une douleur plus intense dans son abdomen. En raison de la perte de sang, il est entré en état de choc. Le degré de déshydratation était tel qu'il ne pouvait plus se maintenir et qu'il a dû s'abriter auprès d'un arbre le long du chemin. Ayant très soif et épuisé, il a demandé à Ananda d'aller chercher de l'eau pour la boire, même s'il savait que l'eau était boueuse. C'est là qu'il s'est effondré jusqu'à ce que son entourage le porte jusqu'à la ville la plus proche, Kusinara, où il aurait eu une chance de trouver un médecin ou un logement pour récupérer. Il est probablement vrai que le Bouddha s'est rétabli après avoir bu pour remplacer sa perte de liquide et s'être reposé sur la civière. Mais finalement, tard dans la nuit, le Bouddha est mort lors d'une seconde vague de choc septique. Sa maladie était due à des causes naturelles couplées à son âge, comme pour n'importe qui d'autre."

"L'hypothèse exposée ci-dessus explique plusieurs scènes du récit du sutra, à savoir la pression exercée sur Ananda pour qu'il aille chercher de l'eau, la demande du Bouddha d'un quadruple manteau pour son lit, l'ordre d'enterrer le repas, etc. Il révèle également une autre possibilité concernant le moyen de transport réel du Bouddha à Kusinara et le site de son lit de mort. Il est peu probable que le Sukaramaddava, quelle que soit sa nature, ait été la cause directe de sa maladie. Le Bouddha n'est pas mort d'une intoxication alimentaire. C'est plutôt la taille du repas, relativement trop importante pour son tube digestif déjà perturbé, qui a déclenché la seconde crise d'infarctus mésentérique qui a mis fin à sa vie."

La mort selon Bouddha - Une histoire de bouddha sur la mort // L'enseignement de Bouddha sur la Mort par Sébastien Lecler