Pour accueillir les fêtes, profitez de -10 % de réduction dès 2 articles achetés avec le code "BOUDDHA10"
De quoi sont vêtus les moines bouddhistes ?

De quoi sont vêtus les moines bouddhistes ?

de lecture - mots

Si vous visitez l'Asie du Sud-Est (en particulier le Myanmar, le Laos, la Thaïlande et le Cambodge), vous remarquerez que les moines bouddhistes portent des robes orange et une coupe de cheveux qui leur colle à la peau. Pourquoi, me direz-vous ? Que symbolisent ces deux éléments ?

Les robes safran (pour un nom plus approprié à la couleur) que portent les moines datent de plusieurs siècles. L'orange a été choisi principalement en raison de la teinture disponible à l'époque. La tradition est restée et l'orange est aujourd'hui la couleur de prédilection des adeptes du bouddhisme Theravada en Asie du Sud-Est, par opposition à la couleur marron des moines tibétains. Les robes elles-mêmes sont censées symboliser la simplicité et le détachement du matérialisme.

Et les cheveux ? Pourquoi les moines Bouddhistes ont-ils le crâne rasé ? Les cheveux d'un moine sont rasés pour symboliser la simplicité et le détachement du matérialisme. Oui, c'est aussi simple que cela. Combien de fois vous êtes-vous tenu devant le miroir et avez-vous peigné vos cheveux ? Ou pour les coiffer ? Ou vous êtes-vous plaint d'une mauvaise journée capillaire ? C'est exactement ce qui ne se passe pas avec un crâne rasé.

Certains disent que le bouddhisme est plus qu'une simple religion, c'est en fait une philosophie sur la façon de vivre une vie épanouie.

Les vêtements bouddhistes et tout ce que vous devez savoir

Les robes des moines et des nonnes bouddhistes s'inscrivent dans une tradition qui remonte à 25 siècles, à l'époque du Bouddha historique. Les premiers moines portaient des robes rapiécées à partir de chiffons, comme beaucoup de saints mendiants en Inde à l'époque.

Au fur et à mesure que la communauté errante des disciples s'est développée, le Bouddha a estimé que certaines règles concernant les robes étaient nécessaires. Celles-ci sont consignées dans le Vinaya-pitaka du canon pali ou Tripitaka.

Revêtir les robes monastiques est une obligation attendue d'un moine bouddhiste. En fait, c'est la première des quatre exigences traditionnelles d'un moine bouddhiste. Par ailleurs, le nom équivalent de la robe monastique en pali est Civara.

L'origine des robes de moines bouddhistes 

Le tissu de la robe

Le Bouddha a appris aux premiers moines et nonnes à confectionner leurs robes en tissu "pur", c'est-à-dire en tissu dont personne ne voulait. Parmi les types d'étoffes pures figuraient celles qui avaient été rongées par les rats ou les bœufs, brûlées par le feu, souillées par l'accouchement ou le sang menstruel, ou utilisées comme linceul pour envelopper les morts avant la crémation. Les moines récupéraient les tissus sur les tas d'ordures et les terrains de crémation.

Toute partie inutilisable du tissu était coupée, puis le tissu était lavé. On le teignait en le faisant bouillir avec des matières végétales - tubercules, écorces, fleurs, feuilles - et des épices comme le curcuma ou le safran, ce qui donnait au tissu une couleur jaune-orange. C'est l'origine de l'expression "robe safranée". Les moines Theravada d'Asie du Sud-Est portent encore aujourd'hui des robes aux couleurs des épices, dans des tons de curry, de cumin, de paprika et d'orange safrané flamboyant.

Vous serez peut-être soulagé d'apprendre que les moines et les nonnes bouddhistes ne fouillent plus dans les tas d'ordures et les cimetières de crémation pour trouver des tissus. Au lieu de cela, ils portent des robes fabriquées à partir de tissus donnés ou achetés.

Ils portent désormais des robes fabriquées à partir de tissus donnés lors d'une des cérémonies bouddhistes publiques. Par exemple, la cérémonie bouddhiste qui implique le don de tissus est la cérémonie Kathina. Les moines bouddhistes obtiennent des mérites des laïcs au cours de cette cérémonie. Par conséquent, c'est de là qu'ils obtiennent la plupart des tissus pour les robes.

Les robes triple et quintuple

Les robes portées aujourd'hui par les moines et les nonnes Theravada d'Asie du Sud-Est sont censées être identiques aux robes originales d'il y a 25 siècles. La robe se compose de trois parties :

  • L'uttarasanga est la robe la plus importante. On l'appelle parfois aussi la robe kashaya. Il s'agit d'un grand rectangle d'environ 2,5 mètres sur 3. Elle peut être enveloppée pour couvrir les deux épaules, mais le plus souvent, elle est enveloppée pour couvrir l'épaule gauche et laisser l'épaule et le bras droits nus.
  • L'antaravasaka est porté sous l'uttarasanga. Il est enroulé autour de la taille comme un sarong, couvrant le corps de la taille aux genoux.
  • Le sanghati est une robe supplémentaire que l'on peut enrouler autour du haut du corps pour se réchauffer. Lorsqu'elle n'est pas utilisée, elle est parfois pliée et drapée sur une épaule.
  • À l'origine, la robe des nonnes se composait des trois mêmes parties que la robe des moines, plus deux pièces supplémentaires, ce qui en faisait une robe "quintuple". Les nonnes portent un corsage (samkacchika) sous l'utterasanga, et elles portent un linge de bain (udakasatika).

Aujourd'hui, les robes des femmes Theravada sont généralement de couleurs sourdes, comme le blanc ou le rose, plutôt que de couleurs vives et épicées. Cependant, les nonnes Theravada pleinement ordonnées sont rares.

Le riz paddy

Selon le Vinaya-pitaka, le Bouddha a demandé à son principal assistant Ananda de concevoir un motif de rizière pour les robes. Ananda a cousu des bandes de tissu représentant des rizières dans un motif séparé par des bandes plus étroites pour représenter les chemins entre les rizières.

Aujourd'hui encore, bon nombre des vêtements individuels portés par les moines de toutes les écoles sont constitués de bandes de tissu cousues ensemble selon ce motif traditionnel. Il s'agit souvent d'un motif à cinq colonnes de bandes, mais parfois sept ou neuf bandes sont utilisées.

Dans la tradition zen, on dit que le motif représente un "champ de bienfaits sans forme". Le motif peut également être considéré comme un mandala représentant le monde.

La robe se déplace vers le nord : Chine, Japon, Corée

Le bouddhisme s'est répandu en Chine à partir du premier siècle de notre ère et s'est rapidement trouvé en désaccord avec la culture chinoise. En Inde, le fait d'exposer une épaule était un signe de respect. Mais ce n'était pas le cas en Chine.

Dans la culture chinoise, il était respectueux de couvrir l'ensemble du corps, y compris les bras et les épaules. En outre, la Chine a tendance à être plus froide que l'Inde, et la triple robe traditionnelle ne fournissait pas assez de chaleur.

Avec une certaine controverse sectaire, les moines chinois ont commencé à porter une longue robe avec des manches qui s'attachaient sur le devant, semblable aux robes portées par les érudits taoïstes. Le kashaya (uttarasanga) était ensuite enroulé sur la robe à manches. Les couleurs des robes sont devenues plus sourdes, bien que le jaune vif - une couleur de bon augure dans la culture chinoise - soit courant.

En outre, en Chine, les moines sont devenus moins dépendants de la mendicité et vivaient plutôt dans des communautés monastiques aussi autosuffisantes que possible. Comme les moines chinois consacraient une partie de leur journée aux tâches ménagères et au jardinage, il n'était pas pratique de porter la kashaya en permanence.

Les moines chinois portaient donc le kashaya uniquement pour la méditation et les cérémonies. Par la suite, il est devenu courant pour les moines chinois de porter une jupe fendue - un peu comme une jupe-culotte - ou un pantalon pour les activités quotidiennes non cérémonielles.

Cette pratique chinoise se poursuit aujourd'hui en Chine, au Japon et en Corée. Les robes à manches existent dans une grande variété de styles. Il existe également un large éventail de ceintures, de capes, d'obis, d'étoles et d'autres accessoires portés avec les robes dans ces pays mahayana.

Lors des cérémonies, les moines, les prêtres et parfois les nonnes de nombreuses écoles portent souvent une robe " intérieure " à manches, généralement grise ou blanche, une robe extérieure à manches, fermée sur le devant ou enveloppée comme un kimono, et un kashaya enveloppé par-dessus la robe extérieure à manches.

Au Japon et en Corée, la robe extérieure à manches est souvent noire, marron ou grise, et le kashaya est noir, marron ou doré, mais il existe de nombreuses exceptions à cette règle.

La robe au Tibet

Les nonnes, les moines et les lamas tibétains portent une grande variété de robes, de chapeaux et de capes, mais la robe de base se compose des éléments suivants :

  • La dhonka, une chemise enveloppante avec des manches à capuchon. La dhonka est marron ou marron et jaune avec un liseré bleu.
  • Le shemdap est une jupe marron faite de tissu rapiécé et d'un nombre variable de plis.
  • Le chogyu ressemble à un sanghati, une écharpe faite de pièces rapportées et portée sur le haut du corps, bien que parfois il soit drapé sur une épaule comme une robe kashaya. Le chogyu est jaune et est porté pour certaines cérémonies et enseignements.
  • Le zhen est similaire au chogyu, mais de couleur marron, et est porté au quotidien.
  • Le namjar est plus grand que le chogyu, avec plus de pièces, il est jaune et souvent en soie. Il est destiné aux cérémonies officielles et se porte dans le style kashaya, laissant le bras droit nu.

Les différentes façons dont les moines bouddhistes peuvent porter leurs robes

Les moines bouddhistes peuvent porter leurs robes de différentes manières en fonction de divers facteurs. Cependant, la façon la plus reconnue pour un moine bouddhiste de revêtir sa robe est de faire l'aumône et d'utiliser le tissu supérieur (Uttarasanga) pour couvrir les deux épaules.

En revanche, si le moine Bouddhiste se trouve dans un monastère, il peut porter sa robe de manière beaucoup plus libre. C'est-à-dire qu'il peut laisser l'épaule droite nue car le tissu supérieur passe sous l'aisselle. De plus, cette façon de porter la robe monastique est un signe de respect lorsque le moine est avec un moine plus âgé. En outre, cela donne au bras suffisamment d'espace pour bouger librement afin de faciliter le travail.

Cependant, lorsqu'un moine bouddhiste vient à quitter le monastère pour se rendre au village, il se doit de porter la robe complète en trois parties. C'est-à-dire le tissu intérieur, le tissu supérieur et le tissu extérieur.

Plus important encore, ces robes conviennent à toutes les situations. Elles peuvent servir de couverture contre le froid, d'étalement pour le sol et la chaise, de coupe-vent, de couvre-chef, et bien d'autres usages. En outre, la robe est assez facile à fabriquer et à utiliser, très simple et directe.

Derniers mots sur les vêtements bouddhistes

Les robes que les moines bouddhistes portent aujourd'hui ont connu une série d'évolutions. Ceci est dû au fait que le bouddhisme a voyagé dans différents pays et cultures. Cependant, nous avons noté les différences remarquables observées dans les robes des moines bouddhistes. En outre, chaque variation a une signification basée sur la tradition qui l'a adoptée.

D'autre part, le bouddhisme n'a pas imposé de règle stricte à la communauté bouddhiste laïque en matière d'habillement. Par conséquent, on peut pratiquer le bouddhisme avec dévotion sans avoir à se soucier des exigences vestimentaires.